Expositions virtuelles

Pour tous les curieux de la Préhistoire, néophytes ou amateurs éclairés

  • Decouvrir-Prehistolab-1.jpg
  • Decouvrir-site-enfants-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-5.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-3.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-2.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-4.jpg
  • Decouvrir-Mammouths-1.jpg

La théorie de l’évolution, née au cours du 19ème siècle, provoque une profonde rupture dans les modes de pensée car elle tend a récuser la conception créationniste de l’Univers et de l’Homme, enseignée par les grandes religions révélées.

Déjà dans les premières années du siècle, Lamarck invente le transformisme et, au terme d’un demi-siècle de débats, la théorie darwinienne de l’évolution s'impose.
Cependant, certains aspects du darwinisme (le rôle central de la sélection naturelle, et le matérialisme qu'elle implique) restent débattus, même par ceux qui y adhèrent, à la fin du 19ème siècle.
Un des points le plus controversés de la thèse darwinienne est l'enracinement de l'homme dans l'animalité ("l'homme descend du singe"). Les débats portent aussi sur l’existence de l'homme bien avant les dates proposées par la chronologie biblique, d'un homme "préhistorique" contemporain des grands animaux disparus (mammouths, ours des cavernes, rhinocéros laineux...).
La meilleure preuve à l'appui de son existence sera la découverte de silex taillés de main d’homme dans les mêmes couches que des ossements d’espèces animales disparues éteintes (les trouvailles de Boucher de Perthes dans la basse vallée de Somme sont reconnues authentiques en 1859); un autre élément décisif est apporté en 1863, par la découverte d’un fragment d’ivoire de mammouth sur lequel était gravée une figure indubitable de cet animal.
Les premiers préhistoriens conçoivent l’évolution humaine comme une progression linéaire depuis l'"Homme-singe" jusqu'à l'avènement de l'Homo sapiens. Mais cette idée d'un progrès graduel et linéaire des Hominidés et des cultures préhistoriques allait bientôt voler en éclat : dès la fin du 19ème siècle, on comprit que plusieurs types de cultures humaines et plusieurs espèces d'hominidés avaient pu coexister, parfois même dans des sites proches. Lire :

1865, Edouard Lartet et Henry Christy. Reliquiæ Aquitanicæ. XIX -Sur un fragment de défense d'éléphant gravé d'une figure de mammouth trouvé à la Madeleine, Département de la Dordogne
(dans la traduction française de Jean-Pierre Chadelle)
1870, Louis Figuier. L´Homme primitif.
"Âge de la Pierre - Époque des animaux d'espèces éteintes ou Époque du Grand Ours et du Mammouth"
Chapitre I: "Origine première de l'homme - Réfutation de la théorie qui fait dériver l'espèce humaine du singe", p. 29
Chapitre VI: "Découverte d'un squelette entier de l'homme de l'Époque du Grand Ours et du Mammouth...", p. 105 1876, John Lubbock. L´Homme préhistorique étudié d'après les monuments retrouvés dans les différentes parties du monde.
Chapitre 1er: Introduction
Chapitre XII : De l’ancienneté de l’homme
1883, Gabriel de Mortillet. Le Préhistorique : antiquité de l´Homme.
Introduction et chapitre III: "Marche descendante de la géologie à la paléoethnologie - L'homme fossile"  1887, Henri Du Cleuziou. La Création de l´Homme et les premiers âges de l´Humanité.
Avant-propos
Livre Premier: "L'Aurore de l'ère humaine", Chapitre I: "Le Précurseur de l'homme" 1889, Emile Cartailhac. La France préhistorique d´après les sépultures et les monuments.
Chapitre I: "Historique des progrès de la science sur les civilisations primitives et l'ancienneté de l'homme"
Chapitre II: "Ère tertiaire - Incertitudes des origines de l'humanité"